L’intelligence artificielle pour traiter la maladie d’Alzheimer

En analysant les comportements des personnes à risques, l’intelligence artificielle pourrait dans quelques années anticiper le diagnostic de la maladie d’Alzheimer et ainsi permettre une prise en charge plus précoce, et donc plus efficace.

Plus la maladie d’Alzheimer est diagnostiquée tôt, meilleur est l’impact des exercices et traitements médicaux. Or, il est parfois très difficile pour l’entourage de la personne atteinte de repérer les premiers symptômes, bien en amont de la perte de mémoire. C’est là que l’intelligence artificielle intervient !

Nous avons déjà vu dans un précédent article les nombreuses applications de l’intelligence artificielle dans notre quotidien : jeux vidéo, service client, appareils électroménagers ou technologiques, reconnaissance vocale, voitures autonomes… Les domaines où elle intervient sont de plus en plus nombreux, et l’intelligence artificielle devient plus efficace et pertinente d’année en année.

Récemment, des chercheurs ont démontré que l’intelligence artificielle pourrait également intervenir dans la détection précoce de la maladie d’Alzheimer. Elle serait ainsi capable de repérer les infimes changements de comportement et les troubles du sommeil, et de diagnostiquer la maladie dès ses premiers stades, des années avant l’apparition des pertes de mémoire qui interpellent généralement les proches et amènent à consulter un spécialiste.

Cette intelligence artificielle prendrait la forme d’un boîtier relié à des capteurs, capables d’enregistrer les actions et comportements du patient, et de les comparer à une base de données de symptômes de personnes ayant une maladie d’Alzheimer déclarée. Le but : pouvoir diagnostiquer la maladie et commencer à la traiter avant que ses symptômes ne deviennent irréversibles.

D’autres projets liés au développement de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé sont également à l’étude, comme la mise en place d’implants biotechnologiques sous-cutanés, produisant des anticorps afin de stimuler les défenses immunitaires du cerveau contre la maladie.

intelligence artificielle maladie dAlzheimer

Pour ralentir les effets des maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer, des solutions non médicamenteuses existent, à l’image de celle proposée par ExoStim. Cette structure, membre de la Com’unauté Com’On, a mis en place un programme de stimulation cognitive sous forme d’application : un véritable coach cérébral permettant aux bénéficiaires de travailler la perception, le langage, le raisonnement ainsi que la mémoire !

Avec Com’On, Appuie sur On !